Le Moyen Âge 987 ap. J.-C. > 1453

Le Moyen Âge central s’étend du XIe au XVe siècle. Après l’an mil, la population européenne augmente fortement grâce à l'accroissement des rendements agricoles permis par les innovations technologiques. La société se réorganise selon deux systèmes, celui de la seigneurie, où les paysans, organisés en communautés, cultivent la terre pour le compte des nobles, et celui de la féodalité, où chevaliers et basse-noblesse servent dans l'armée de leur suzerain, en échange du droit d'exploiter leurs fiefs.


La vie intellectuelle est marquée par l’apparition d’universités dans les grandes villes.


Au Moyen Âge tardif, des famines, la peste noire et les guerres réduisent fortement la population de l’Europe occidentale tandis que l’Église catholique traverse de profondes crises théologiques. C’est aussi une période d’innovations intellectuelle et matérielle.


D’une manière générale, dans le Douaisis, le XIIe siècle marque une rupture assez nette dans l’organisation de la société rurale. Douai est rapidement associée au comté de Flandre. Celui-ci désigne d’abord un pagus carolingien, puis l’une des principautés du royaume de France, particulièrement impliquée dans les conflits franco-anglais, aux frontières et à l’influence durement disputées depuis sa création au IXe siècle jusqu’en 1384, date de la mort du comte Louis de Male. Le comté, devenu l’une des possessions de la seconde maison capétienne de Bourgogne, est l’un des principaux centres des États bourguignons. Il est ensuite progressivement intégré aux Pays-Bas bourguignons et finalement détaché du royaume de France en 1529.

 

 

À partir de l’An Mil, en Occident, toutes les terres sont réparties entre les mains de seigneurs, qu’ils soient laïcs ou religieux. Chargés d’assurer la défense des villageois, ils portent les armes et participent à la guerre de leur suzerain. Le pouvoir seigneurial est généralement symbolisé par le donjon qui, contrairement à ce que l’on pense communément, pour les plus anciens de ces édifices, n'était pas en pierre mais en bois.
À Douai, la fouille du site « La Fonderie » a permis de suivre l'évolution de cet habitat, du Xe au XVIIe siècle. Vers 945, le comte de Flandre Arnoul Ier s'empare de la ville de Douai et construit la première résidence comtale. Il s'agit plus vraisemblablement d'une importante ferme.
Du Xe au XIIe siècle, le répertoire médiéval est principalement constitué de pots à cuire et de cruches, héritage direct du haut Moyen Âge. Il est complété par quelques formes peu fréquentes, pots à goulot, poêlons, vases de stockage et couvre-feux. On note également les premiers essais de céramique glaçurée, comme cette cruche, produite dans la région de Huy en Belgique.
À Douai, place Carnot, les fouilles du chœur de l’église Saint-Jacques ont permis la découverte d’un reliquaire en plomb contenant un cœur humain embaumé. Au Moyen Âge, il arrivait en effet que le défunt émette le souhait que son corps, ou seulement son cœur, soit enterré dans un lieu qui lui était cher.
On peut lire sur le reliquaire l’inscription suivante : « Ci-dedans repose le cœur de noble dame Anne de Lens, femme de messire Adrien de Dion ... du dit lieu Wandosme ... laquelle trépassa le Xe de novembre 1580 ».
Cette figurine de cavalier, trouvée lors des fouilles sous le musée Arkéos, est à rapprocher des jouets de type "soldat de plomb". L'objet était probablement destiné à être refondu pour réaliser la glaçure au plomb des céramiques.