Le Néolithique -5 500 > -2 300

Au Néolithique le climat se réchauffe et l'homme se sédentarise en s'installant dans les vallées et les plaines fertiles.

Cette époque est une étape capitale de l'histoire de l'humanité. C'est une véritable révolution car l'homme va changer de mode de vie. Il ne se contente plus de dépendre de la nature, il la transforme en s'attachant à la terre qu'il met en valeur en la travaillant.

Cette révolution qui nous vient du Moyen Orient, dans le fameux croissant fertile atteindra l'Europe occidentale dès 5000 ans avant notre ère.

On distingue trois grande phases au Néolithique : le néolithique ancien, le moyen et final.

L’appellation « Néolithique » (du grec néos, « nouvelle » et lithos, « pierre »), apparue au XIXe s., signifie « nouvelle pierre ». Elle désigne une nouvelle manière de travailler les roches : le polissage. Cette technique est principalement utilisée pour la confection des haches polies emblématiques de cette période.
Dans le Nord de la France, le Néolithique se caractérise par la naissance des premiers "villages". Installés le long des vallées, ils rassemblent, sous forme de hameaux, de grands bâtiments rectangulaires. L'habitat d'Arleux s'articule autour de deux bâtiments dont l'un est entouré d'une palissade de bois.
Grâce à leurs différentes formes, les pointes de flèches servent souvent à identifier les groupes culturels. Par exemple, le Chasséen septentrional produit des armatures tranchantes (à droite), tandis que le Michelsberg voit apparaître les armatures perçantes qui se généralisent au Néolithique final. Au carrefour de ces deux entités culturelles, le Nord de la France connaît donc ces deux types de pointes.
Une sépulture d'un enfant âgé de six ans, retrouvée à Aubigny-au-Bac, contenait un vase, en forme de cloche renversée, très finement décoré de bandes incisées horizontales. Cette forme caractéristique de céramqiue a donné son nom à la culture Campaniforme.